Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités > Cellule de crise "Intempéries 2013" : profession agricole, collectivités et administration se mobilisent !

Cellule de crise "Intempéries 2013" : profession agricole, collectivités et administration se mobilisent !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

A l'initiative des Chambres d'agriculture d'Aquitaine et en étroite collaboration avec le Conseil régional et la DRAAF, une cellule de crise "intempéries 2013" s'est réunie le 26 juin à Bordeaux. Cette cellule a également associé des représentants de l'administration, de la banque, de l'assurance, de la MSA, de la coopération et des CUMA.

La région Aquitaine a connu ces dernières semaines une situation climatique exceptionnelle : pluviométrie record très supérieure aux conditions normales, températures moyennes très inférieures aux relevés habituels (- 4 ° en mai), et durée d'ensoleillement en fort recul.
Ces conditions climatiques ont, ou auront, des conséquences sur l'ensemble des productions agricoles de la région.

C'est dans ce contexte, et à l’initiative du réseau des Chambres d'agriculture d'Aquitaine en étroite collaboration avec le Conseil régional et de la DRAAF qu'une cellule de crise "intempéries 2013" s'est réunie mercredi 26 juin. Cette cellule a également associé des représentants de l'administration, de la banque, de l'assurance, de la MSA, de la coopération et des CUMA.

Au cours de cet échange, il a tout d'abord été procédé à un large tour d'horizon, par territoire et par production des premières incidences qui ont pu être identifiées.
D'ores et déjà le constat réalisé fait apparaître un retard sur la plupart des productions végétales avec :

  • des surfaces non semées (maïs, légumes de plein champs, tabac...),
  • des semis et des productions dégradés (inondations),
  • ou encore des baisses de fructification (arboriculture, viticulture,...).

 

L'agriculture biologique a été fortement impactée.
La forêt n'a pas été épargnée non plus (plantations, accès aux parcelles).
Les productions animales, particulièrement pour les herbivores, sont directement affectées par la baisse des productions fourragères ou par les difficultés d'accès aux prairies (estives,...).
Les entreprises de collecte et de transformation vont sans doute connaître également des perturbations significatives dans leur activité en liaison avec une baisse de leur approvisionnement.

Cependant à ce stade, il est encore trop tôt pour appréhender avec précision l'ampleur des dégâts. Il a donc été décidé de poursuivre ce travail d'inventaire au cours des prochaines semaines, en mobilisant conjointement le réseau des Chambres et les services concernés de l'administration afin de disposer de données partagées et fiables.
Par ailleurs la cellule de crise a réalisé un inventaire des dispositifs qui ont déjà été activés ou pourraient l'être, avec plusieurs objectifs, en harmoniser les conditions de mise en oeuvre, en assurer une communication efficace auprès des agriculteurs et répondre aux situations d'urgence.

Plusieurs pistes ont ainsi été identifiées :

  • auprès des assurances pour harmoniser les conditions de déclaration de sinistres et de mobilisation des indemnisations
  • auprès de la MSA avec un message unifié au niveau de la région sur les possibilités de report des échéances
  • auprès des banques pour mettre en oeuvre un dispositif d'aide à la trésorerie qui puisse bénéficier de la prise en charge d'une part des intérêts par les collectivité territoriales
  • auprès de l'administration pour relayer des demandes d'assouplissement de la réglementation européenne PAC afin de ne pas pénaliser l'accès aux DPU (mobilisation des jachères, taux de chargement, BCAE, MAE, PHAE, ICHN, accès aux estives, minimis,...)
  • activation de la démarche « agriculteur fragilisé » avec notamment la création d'un numéro vert au niveau de chaque Chambre et de la MSA pour orienter les demandes des agriculteurs en fonction de leur situation
  • mise en place d'une « bourse aux fourrages » pour venir en aides aux éleveurs.

 

Le Conseil régional a rappelé qu'une enveloppe de 1 000 000 d'euros a été mobilisée, tous secteurs d'activité confondus, pour venir en aide aux acteurs économiques victimes des intempéries et en premier lieu au secteur agricole durement touché par ce sinistre.

Les travaux de la cellule vont donc se poursuivre autour de ces orientations avec une prochaine réunion prévue le 23 juillet après-midi.

L'engagement a été pris de rendre compte régulièrement auprès des professionnels des décisions arrêtées et des propositions débattues avec l'objectif d’apporter des réponses adaptées à toutes les situations.

 

Téléchargez le communiqué de presse

 

En savoir plus sur le site des Chambres d'agriculture d'Aquitaine