Vous êtes ici : Accueil > Publications > Toutes les publications > Lettre économique de mai 2022 - Chine puissante, chine fragile

Lettre économique de mai 2022 - Chine puissante, chine fragile

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Au sommaire de cette lettre économique des Chambres d'agriculture : les accords commerciaux : où en est l'Union Européenne ?, hausse des prix de l'alimentation : la France s'en sort-elle mieux que ses voisins européens ?, recensement agricole 2020 : vers un seuil à l'érosion du nombre des exploitations agricoles ?, des fruits et des légumes en stresse économique.

Edito - Chine puissante, Chine fragile

Depuis la fin des années 1970, la Chine a entrepris une modernisation de son économie et une ouverture sur le monde. Deux processus qui ont fait d’elle une puissance montante, à la fois soutenue dans son ambition de participer à la croissance mondiale, mais tant redoutée en raison de son esprit conquérant. Une telle dynamique la situe désormais au rang de potentiel successeur des Etats-Unis pour occuper le rang de puissance hégémonique. La puissance est toutefois un composé de facteurs, et parmi eux, l’on trouve les ressources humaines, ou, dit autrement, la démographie. Ce sera sans doute l’un des points faibles de la puissance chinoise à l’horizon 2050.

Les accords commerciaux : où en est l'Union Européenne ?

Depuis 2011, l’UE multiplie les négociations pour des accords de libre-échange, dits de nouvelle génération. L’objet de ces ALE est d’aller plus loin dans la libéralisation des échanges bilatéraux entre l’UE et ses partenaires, en supprimant notamment les obstacles non-tarifaires aux échanges. Cet instrument au service de la prospérité économique a néanmoins d’autres ambitions, que le conflit Ukrainien semble manifestement révéler : il permet de créer des alliances diplomatiques. L’importance donnée à ces tactiques géoéconomiques mettrait toutefois l’UE dans une situation inconfortable

Hausse des prix de l'alimentation : la France s'en sort-elle mieux que ses voisins européens ?

L’inflation va galopante dans l’Union européenne. Les dernières statistiques disponibles font état d’une progression des prix de + 8,1 % à l’échelle des 27 en avril 2022 (taux de variation annuel de l’indice des prix à la consommation harmonisé - IPCH). Parmi les postes de dépenses des ménages européens qui s’envolent, on retrouve logiquement en première place la catégorie logement et énergie (+ 16,2 % en avril 2022), suivie des transports (+ 13,8 %). Depuis décembre 2021, la catégorie alimentation arrive en troisième position des catégories les plus inflationnistes au niveau européen (+ 8,9 % en mars).

Recensement agricole 2020 : vers un seuil à l'érosion du nombre des exploitations agricoles ?

Le recensement agricole mené par le Ministère de l’agriculture d’octobre 2020 à avril 2021 a livré des chiffres qui étaient très attendus : on comptait 416 054 exploitations agricole en 2020, contre 514 694 en 2010. Le nombre d’exploitations agricoles baisse toujours mais à un rythme plus lent que ce qu’on observait durant les recensements agricoles des décennies précédentes. Aurions-nous atteint ce fameux seuil à l’érosion des effectifs des exploitations que le monde agricole espère depuis longtemps ? Pas encore mais en tout cas, nous en voyons, peut-être, les prémices dans les chiffres du recensement agricole de 2020.

Des fruits et des légumes en stresse économique

On sait que le secteur des fruits et des légumes est le point faible de l’agriculture française, en particulier sur le plan du commerce extérieur, puisque le déficit chronique s’inscrit sur le long terme. Les difficultés auxquelles se heurtent les producteurs sont elles aussi bien identifiées. Concurrence espagnole, polonaise, puis, plus récemment, sur les pommes par exemple, la Serbie et la Moldavie. Demeurent sur cette longue période, deux exceptions intéressantes. La pomme justement, qui résiste, et la pomme de terre, qui reste commercialement excédentaire. Il y eut aussi, à partir de 2014, les répercussions de l’embargo russe sur les exportations de fruits et de légumes. Enfin, l’an dernier, un gel dévastateur, qui avait conduit les producteurs à opter pour des stratégies visant à protéger leurs cultures, avec un alourdissement des coûts à la clé.

Consultez la lettre économique des Chambres d'agriculture de mai 2022

A lire aussiEn savoir plus

Publications