Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Toutes les actualités

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Publication du 7ème Rapport de l'Observatoire National des Prix et des Marges

Des prix agricoles toujours insuffisants pour rémunérer décemment les agriculteurs.

Dans le contexte des débats autour du futur projet de loi issu des Etats Généraux de l’Alimentation (EGA), ce 7ème rapport précise que si les prix à la production agricole s’améliorent enfin par rapport à 2016 avec une hausse moyenne de + 3 % en 2017, cette augmentation ne suffit pas à compenser les trois années précédentes.

Le prix du porc a pu se redresser grâce à une forte demande des acheteurs chinois en début d’année 2017, avant de brutalement chuter dès le 3ème trimestre et de se fixer à moins de 1,20 €/kg net.
La hausse du prix du lait est à relativiser. Elle provient seulement de l’envolée exceptionnelle du prix du beurre fin 2017, mais sans réelle incidence sur la rémunération des éleveurs.
Les céréaliers connaissent pour 2017 une nouvelle dégradation de leurs résultats économiques avec une marge nette prévisionnelle négative (-7 € / tonne en blé tendre)
Le prix des produits agricoles au maillon industriel connaît pour la première fois une hausse depuis 3 ans (+1,4 %) , mais avec une dégradation des résultats financiers de la plupart des industries agroalimentaires. L’amélioration de la marge nette des GMS interpelle quant à la juste répartition de la valeur au regard des difficultés rencontrées par les autres maillons.

Les Chambres d'agriculture constatent que la modeste amélioration des prix agricoles ne permet toujours pas de rémunérer décemment les agriculteurs.
Dans les secteurs de la viande, la rémunération permise reste inférieure à un niveau suffisant et le produit dégagé ne permet même pas de couvrir les coûts de production.
Dans la filière laitière, les coûts de production restent systématiquement supérieursà l’ensemble des produits quelle que soit l’orientation technico-économique des exploitations.
Dans la filière céréalière, les exploitants en blé tendre vont connaître une deuxième année consécutive avec des résultats économiques négatifs. En blé dur, une dégradation des résultats économiques est à prévoir en 2017.
Dans le secteur des fruits et des légumes, le revenu moyen est attendu en baisse en 2017.

Ce rapport justifie donc tout l’enjeu primordial de la construction des prix en tenant compte des coûts de production des agriculteurs, tel qu’il a été exprimé dans l’élaboration du projet de loi à la suite des EGA. Le rôle qui est ainsi attribué aux interprofessions et à l’Observatoire de la formation des prix et des marges doit être un véritable pivot en faveur d’une rémunération plus juste envers les agriculteurs.
Les Chambres d’agriculture demandent également que les engagements pris par les industriels et la Grande Distribution après les EGA soient respectés !

Contact Presse

Chambres d’agriculture France - APCA

Iris Roze – 01 53 57 10 51 / 06 09 86 02 26
iris.roze@apca.chambagri.fr
Suivez-nous sur Twitter : @ChambagriFrance et Facebook : @chambres.agriculture